Skip to main content
recherche

Une mère du Nouveau-Brunswick avait les larmes aux yeux lorsqu’elle a appris que ses trois enfants, âgés de trois, cinq et six ans, allaient pouvoir suivre des cours de natation.

Sans emploi, son budget était serré. Elle a entendu parler de cette opportunité pour ses enfants grâce à Western Valley P.R.O Kids, un organisme du Nouveau-Brunswick qui aide le plus grand nombre d’enfants et d’adolescents possibles qui, en raison de leur situation financière, ne sont pas en mesure de participer à des activités sportives, artistiques, culturelles et à des activités de loisirs.

Western Valley P.R.O Kids (N.-B.)

L’organisme s’appuie sur des sources de financement pour offrir ce service aux jeunes du Nouveau-Brunswick. En 2023, l’organisme a reçu un coup de pouce du programme Rejoindre tous et chacun : une intervention sportive communautaire de l’Association canadienne des parcs et loisirs (ACPL). Ce programme, financé par le projet Le sport communautaire pour tous de Sport Canada, vise à éliminer les obstacles et à accroître les taux de participation au sport des groupes dignes d’équité de partout au Canada.

« Je suis reconnaissante pour cette aide et je suis heureuse de savoir qu’il y a des ressources locales pour soutenir les gens qui traversent une période difficile », a expliqué cette mère.

Selon Kent Kuhn, membre du conseil d’administration de Western Valley P.R.O Kids, l’organisme dessert les jeunes âgés de trois à 18 ans partout dans l’ouest du Nouveau-Brunswick, de Nackawic à Mount Carleton.

« Nous avons offert plusieurs activités aux enfants : tennis, soccer, camps de danse, camps de théâtre et cours de natation », explique M. Kuhn. « Nous nous appuyons sur le financement pour procurer du soutien financier à ces enfants afin qu’ils puissent participer ».

Ce financement, incluant celui en provenance de Rejoindre tous et chacun : une intervention sportive communautaire, aide ces jeunes à surmonter les barrières auxquelles ils font face lorsqu’ils souhaitent accéder aux programmes de sports et loisirs.

M. Kuhn ajoute que l’une de ces barrières est financière. Le programme couvre presque en entier les frais d’inscription de l’enfant, donc le parent n’a qu’à débourser un petit montant. Selon le programme, ce montant peut aller de 5 $ à 50 $.

« La raison pour laquelle nous procédons ainsi est que nous voulons un engagement de la part des parents », explique-t-il, ajoutant que les frais minimes assumés par les parents signifient que leur enfant peut participer à un sport qui serait normalement beaucoup plus dispendieux. « Tout le monde croit que le hockey est le sport le plus dispendieux, et même si ce n’est pas faux, la gymnastique et la danse peuvent l’être tout autant ».

M. Kuhn ajoute que le transport est aussi une barrière pour de nombreuses familles desservies par l’organisme. Certaines d’entre elles vivent en campagne et ont besoin d’accéder à des activités loin de chez elles. M. Kuhn raconte que Western Valley P.R.O Kids offre à ces familles du transport qui aide les participants à surmonter cette barrière liée aux déplacements.

La pandémie de la COVID-19 a elle aussi eu des effets à long terme sur les familles du Nouveau-Brunswick; l’organisme n’a pas été épargné. Face à un marché du travail instable, l’organisme a vu le nombre de familles ayant recours à ses services augmenter.

« Les parents ont perdu leur emploi durant la pandémie », explique M. Kuhn. « De nombreuses personnes se sont retrouvées avec un fardeau financier. Des familles qui, normalement, n’utiliseraient pas les services de P.R.O Kids », dit-il.

En général, le financement a aidé l’organisme à poursuivre sa mission et à alléger la pression financière des familles. M. Kuhn raconte qu’en 2023, Western Valley P.R.O Kids n’a pas eu à demander aux familles de débourser un plus grand montant, quelque chose que l’organisme ne souhaite jamais avoir à faire.

« Nous recevons des lettres de remerciement de la part des enfants. Ils nous disent à quel point ils ont aimé participer à une activité sportive et se faire des amis », dit-il. « Pour eux, le plus important n’est pas le sport en tant que tel, mais le temps qu’ils passent avec d’autres enfants ».

Close Menu